Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Abécédaire de Noël

Publié le par Les Belles du Baou

Joyeux Noël 2020 des Belles du Baou

🎅Douces fêtes de fin d'année à tous !🎄

🎁Cordiales salutations des Belles du Baou :-)

Partager cet article
Repost0

Petites joies de Noël : Déco minute récup pour le jardin !

Publié le par Les Belles du Baou

Petite idée déco minute et inratable pour utiliser des restes de papiers cadeaux en plastique métallisé pas du tout développement durable. Plutôt que de les «ventiler façon puzzle» en emballant plusieurs cadeaux, faites en des fleurs d’hiver et de Noël pour égayer le jardin et comme ici animer l’espace boîte aux lettres. Votre déco sera réutilisable plusieurs années !
Par ces temps qui courent, cultivez les petits bonheurs en solo ou en famille, ça coûte pas cher et ça fait tellement du bien !!
Cordiales salutations des Belles du Baou :-)

   Fournitures : 

  • Des restes de papiers cadeaux métallisés, suffisamment pour faire 5 lés rectangulaires de tailles identiques. Pour notre fleur, il nous restait 180cm sur 70cm soit 5 lés de 36 cmx70cm.
  • Du fil de fer fin 
  • 1 pince coupante
  • 1 paire de ciseaux
  • Des chutes de bolduc
  • 3 boules de Noël en plastique du genre très ordinaires et finalement moches dans le sapin !

Nous avons fait avec 1 seule couleur, mais vous pouvez mixer en fonction des restes que vous avez.
Empilez vos lés et pliez les en accordéon à partir du petit côté (ici les 36 cm avec des plis de pas tout à fait 4,3 cm). Retenez le tout en son centre avec un petit morceau de fil de fer d’environ 25 cm que vous torsadez suffisamment serré. Le fil qui dépasse servira à faire une boucle d’accrochage ou à fixer directement votre fleur sur le support que vous aurez choisi.

Avec les ciseaux égalisez les extrémités de l’accordéon en une découpe arrondie qui figurera les pétales.
Vous avez maintenant 2 éventails de part et d’autre du fil de fer central. Déployez chaque éventail, puis soulever 1 à 1 les lés afin de donner du volume à votre fleur.

Passez environ 1m de bolduc dans l’anneau d’une boule de Noël et nouez le tout sur la fleur en laissant le bolduc sur le devant. Avec les ciseaux frisez légèrement le bolduc.

La fin du rouleau de papier étant un peu froissée, nous avions mis de côté environ 5 cm de papier et finalement nous les avons utilisé aussi: 

Découpez en deux dans le sens de la longueur cette lame de papier (70x5cm).
Pour chacun des 2 morceaux,  rabattez en leur centre les 2 extrémités que vous fixez comme un nœud papillon avec un morceau de fil de fer dans lequel vous aurez préalablement passé l’anneau d’une boule de Noël. 
Et voilà le tour est joué !

Une dernière simplissime : des boules attachées avec du raphia de jardinier pour les pots de fleurs, les tuteurs dégarnis après la chute des feuilles, et pourquoi pas au potager !?
 


 

Partager cet article
Repost0

Dimanche 29 novembre retour au marché de Trèbes !

Publié le par Les Belles du Baou

BIENTÔT NOËL !

à partir du 29 novembre : 

Retrouvez-nous au marché de Trèbes !!

les dimanches matin jusqu'à midi

En saison d'hiver, le marché n'est plus le long du canal du midi, mais

autour de la mairie

Déco, petits bijoux, bien-être, pour vos cadeaux de fin d'année

Marie-Dominique sera de nouveau là

à votre écoute et pour vous conseiller

Au plaisir de vous retrouver !!

Cordiales salutations des Belles du Baou :-)

Partager cet article
Repost0

L'été de la St Martin : Cheminer dans sa lumière (avec méditation guidée)

Publié le par Les Belles du Baou

Depuis que le monde est monde, l’humanité a du traverser des moments sombres emplis d’interrogations quant au futur et à la possibilité de vivre à nouveau la paix et la joie. 
En ce lendemain de 11 novembre, souvenons nous que nos arrières grands-parents, et grands parents pour les plus âgés d’entre nous, ont vécu une et même deux guerres. Tant d’années de combats et de peurs pour ces gens simples qui aspiraient à vivre normalement et voir grandir leurs enfants. Beaucoup ont donné leur vie pour sauver la liberté et la démocratie, tandis que les autres ont du se relever et trouver le courage de tout reconstruire et d’avoir des enfants. C’est grâce à la résilience de nos aïeux, le plus souvent très pudiques sur les horreurs qu’ils ont vécu, que nous sommes là aujourd’hui.

Avec cette crise sanitaire nous nous retrouvons à notre tour immobilisés au fond de nos tranchées mentales et émotionnelles, déroutés non pas par le bruit des bombes, mais par celui de la cacophonie ambiante des informations contradictoires, des fake news et du flou des directives des gouvernements sur toute la planète. Combien de temps cela va t’il encore durer ? Les jeunes partis la fleur au fusil en 1914 se doutaient ils que cela prendrait des années et que pour les survivants, ils revivraient cela 20 ans plus tard ? Et pourtant, la vie continue et doit continuer : alors restons dans la lumière!

Le 11 novembre est le jour de la Saint Martin, ce moment de l’année où Dame Nature nous offre le plus souvent un second été, plus doux, plus tendre, dans lequel la chaleur passe surtout par les couleurs flamboyantes des végétaux, des ors, des cuivres, telles les pièces d’un trésor. 

L’été de la Saint-Martin nous rappelle que les plaisirs et les joies tout comme le reste connaissent des cycles. Il nous enseigne de savoir profiter de ces bons moments qui passent. Ils passent, car il faut laisser de la place pour d’autres moments à venir. En attendant que le printemps revienne, il faudra vivre la gestation de l’hiver sans laquelle la renaissance serait compromise. L’Automne nous incite donc à regarder en nous ce trésor et à en prendre soin afin que sa lumière guide nos pas jusqu’à notre futur printemps.

Loin de l’agitation et des tempêtes émotionnelles, l’eau du Canal du Midi paisiblement s’écoule, équilibrée et confiante. L’or des arbres y trouve un miroir, et même lorsque les feuilles seront toutes tombées, l’eau scintillera toujours sous la lumière du soleil à laquelle elle s’ouvre en confiance.
 

En attendant que le brouillard se lève, sachons regarder et profiter des moindres petits plaisirs de la vie : le bleu du ciel, les feuilles que nous ramassions lorsque nous étions enfants, le vol des oiseaux migrateurs qui commencent à se rassembler, une conversation téléphonique avec un proche (heureux sommes nous du téléphone illimité), une balade avec son chien, un jeu avec ses enfants...

Sachons reconnaître et choisir cette lumière pour garder une distanciation émotionnelle avec les excès de paroles, de colère, de non respect déversés H24 dans les médias et sur les réseaux sociaux. Il ne s’agit pas de nier la situation ni d’entretenir le déni, c’est simplement rester juste. 
Les peurs, la colère et la dépression ne nous aiderons pas à sauver le monde, gardons nos énergies non pas pour combattre, mais pour faire autrement.

Pour les moins chanceux qui n’ont pas la nature à leur porte et aussi pour tous les autres, je vous partage, cette balade méditative douce et silencieuse sur les eaux du Canal du midi que j’ai faite quelques jours à peine avant ce reconfinement. Merci au Commandant Jean-Pierre, 60 ans de navigation fluviale au compteur !!

En remerciement à tous ceux et celles qui viennent partager sur mon stand et dans ma vie, j’ai écrit une petite méditation inspirée de ces belles images . 

=>Accès à la méditation guidée

Que vos émotions soient douces et apaisées comme l'eau du Canal du Midi !

Marie-Dominique des Belles du Baou :-)


(P.S. : le commerce non alimentaire est exclu du marché de Trèbes le temps du confinement, mais vous pouvez faire vos commandes par téléphone 06 60 93 69 56, livraison gratuite sur Trèbes et alentours)

 

Partager cet article
Repost0

4 octobre - Journée mondiale des animaux

Publié le par Les Belles du Baou

 

Depuis la Haute Antiquité, les liens de l’Homme vers la nature et le monde animal en particulier sont avérés. Toutes les cultures et religions du globe font référence à un éventail de dieux animaux, d’animaux totems et autres légendes mettant en scène les vertus symboliques du règne animal. Comme tous les symboles, ils varient au fil des siècles tantôt positifs ou négatifs, car otages en quelques sorte d’un combat culturel, politique et religieux entre le paganisme et la montée des religions monothéistes.
Bref, les animaux n’ont jamais laissé personne indifférent tant leur force est évidente. Aujourd’hui leur rôle dans les écosystèmes ne peut plus être ignoré et le bien être animal interpelle de plus en plus de personnes. Ils nous apportent sans compter du bonheur et du réconfort psychologique, leur valeur thérapeutique n’est plus à prouver.

Impulsée au congrès international pour la protection des animaux de 1929 à Vienne et actée deux ans plus tard lors de l’édition de Florence, la journée mondiale des animaux se déroule chaque année le 4 octobre, le jour de la Saint François d’Assise, saint patron des animaux,  mais aussi "patron céleste des écologistes" depuis le 29 novembre 1979 par décision du Pape Jean-Paul II.

Né en 1181 et issu d’une riche famille de drapiers italiens (et de mère provençale précisons le en passant !!) Saint François après une maladie, se consacre aux pauvres, à la paix et à toutes les créatures de la nature, tout en ouvrant le chemin, très moderne à l’époque,  vers le dialogue inter-religieux.

Dans son Cantique du frère soleil (Laudes oreaturarum canticum), écrit durant l’hiver 1224-1225 soit un an avant sa mort, il y dépose son amour pour toutes les créatures et tous les éléments, dans un élan poétique du cœur plein de simplicité et de ferveur. Il parle de «frère soleil», «sœur lune et les étoiles» , «frère vent, l’air, les nuages, le ciel serein et tous les temps» par lesquels Dieu donne soutien à toutes ses créatures. Il continue avec «sœur eau, frère feu, sœur notre mère terre qui nous soutient et nous gouverne, et produit divers fruits avec des fleurs colorées et de l’herbe.» [Eder, Thomas, et Jeanne Gauster-Glaubauf. « Le Cantique de frère soleil (François d'Assise). Relecture et réécriture par Reinhard Priessnitz dans son poème herbst (automne) », Savoirs et clinique, vol. 8, no. 1, 2007, pp. 117-126.] 

Au delà des cultures et des religions, Dame Nature sait frapper aux portes des cœurs et apporte à qui veut bien lui ouvrir sagesse, joie et béatitude. Chacun y verra un dieu, la source, l’univers... quoi qu’il en soit, en ces temps troublés, Bonne Fête à tous et passez du bon temps avec vos animaux !

Marie-Dominique des Belles du Baou :-)

Partager cet article
Repost0

Tisane douceur : la Verveine citronnelle plante de la Tempérance

Publié le par Les Belles du Baou

 

Á l’équinoxe d’Automne, du fait de l’inclinaison de l’orbite de la terre, jours et nuits sont de même durée. L’équilibre se fait entre ombre et lumière, tels les plateaux de la Balance qui règne à présent dans le zodiaque jusqu’au 22 octobre prochain.
L’extraversion et l’activité de l’Été font maintenant place à plus de pondération. On récolte pour l’Hiver les fruits de la maturité, on vendange pour élaborer le vin de la sagesse. C’est cette dernière à présent qu’il va falloir cultiver, car les jours vont raccourcir plus rapidement pour laisser plus de place à la nuit, au repos physique, à l’introspection. Un ralentissement est nécessaire, on redevient studieux pour faire comptes et bilans, sans lesquels il serait bien aventureux de vouloir redémarrer tout nouveau projet.
Comment allons nous solder cette année 2020 très complexe ?
-un printemps confiné vécu selon les points de vue comme une prison d’hiver ou un hiver de gestation,
-un été de surchauffe à tous niveaux : températures, sècheresse, incendies, mais aussi  comportements à risques, violences, face à un virus inconnu qui chamboule les habitudes de vie, entrainant chez certains des comportements démesurés,
-sur tout le globe, des réponses étatiques à tous ces excès sous forme de nouvelles mesures de restriction pour la rentrée...

L’automne invite pourtant à la tempérance, au discernement, à la maturité émotionnelle. Tous les outils sont en nous pour ne pas céder aux peurs, aux fake news, aux manipulations égotiques, à la violence verbale et comportementale... à condition de ne pas réagir à chaud, mais d’agir positivement après avoir pris le temps de l’analyse, de la pesée, de l’écoute du bon sens,  alliés à l’intelligence émotionnelle du cœur.
Quelque chose cloche depuis trop longtemps. C’est un virus qui révèle matériellement les masques que nous avons créés en chacun de nous. Ces masques intenables, mais que nous préférons porter et entretenir pour le paraître, la conformité au système, aux modes standardisées, quand bien même nous brisons nos vies et risquons de nous retrouver imbibés de regrets au jour de notre dernier jour, à défaut d’avoir écouté la voix de notre cœur ... 
Les personnalités, aspirations et âmes ainsi bridées ne peuvent que ressentir cette frustration et être prêtes à exploser comme une cocotte minute avec la venue de ce virus qui ébranle le système tel un château de cartes.

Une pause s’impose, ouvrons nous à ces débuts d’Automne avec leurs couleurs chaudes d’été indien, pleins de douceur et de rondeur. Le soleil moins ardent sort ses pinceaux pour colorer les arbres d’or, la pluie vient reverdir les  prairies desséchées. Le changement fait partie de la Nature, tout déclin prépare et invite à une renaissance future, quand bien même elle nous semble encore lointaine et incertaine.

Heureusement, les plantes nous accompagnent et nous offrent leurs vertus bienfaisantes. En voici une avec laquelle je fais ma tisane «doudou» : la Verveine citronnelle, aloysia triphylla, appelée aussi, verveine odorante ou verveine du Pérou car originaire de la Cordillère des Andes. 
Elle est apéritive et digestive idéale donc pour gommer les excès alimentaires des vacances, les ballonnements, inflammations, nausées... 
Calmante et anti stress , elle agit comme anxiolytique naturel, calme les palpitations, redonne bonne humeur. Pleine de joie et de peps, elle redynamise et est excellente en prévention du vieillissement et des maladies neurodégénératives.
Bref c’est une plante équilibrante toute indiquée pour cette rentrée !
Je la prépare en tisane chaude ou froide : 
Un bon creux de main de feuilles à faire infuser dans 50ml d’eau frémissante. Laissez infuser 10 bonnes minutes. Filtrez et versez dans une jolie carafe.
Je la sucre légèrement avec 1 ou 2 cuillères à café rases de miel crémeux toutes fleurs (en l’occurrence des Pyrénées). 
Vous pouvez au choix la déguster de suite ou la laisser refroidir et la mettre au réfrigérateur. Elle est alors idéale pour un pique-nique, un goûter d’après midi ensoleillé. C’est cette dernière version que je préfère !

En version chaude au petit déjeuner, je l'associe aussi avec du romarin du jardin  pour doper un démarrage fébrile !

Qui est donc cette précieuse alliée ? Un petit arbuste caduque semi rustique et non une graminée comme la citronnelle (cymbopogon citratus) avec laquelle il ne faut pas la confondre. Elle diffère également de la Verveine officinale.

Notre Verveine citronnelle peut atteindre sous nos latitudes jusqu’à 1m50Elle aime les situations ensoleillées, mais sous le cagnard du midi, je lui ai réservé une mi ombre estivale grâce à une plante compagne caduque. Je l’arrose régulièrement car elle n’aime pas trop de sécheresse. Je ne lui laisse pas le temps de faire ses petites fleurs blanches, car en la taillant, cela provoque des ramifications feuillées pour une plus grosse récolte. Après une taille en première partie d’été, une seconde récolte est possible mi septembre.

Deux modes de séchage s’offrent à vous : des bouquets accrochés tête en bas quinze jours à trois semaines selon la température et l’hygrométrie ambiante. Pour les petites récoltes,  les feuilles soigneusement détachées sèchent dans une corbeille à condition de ne pas avoir de surépaisseur. Vous pouvez les conserver ensuite dans des sachets de papier ou des boîtes hermétiques.
Retenez des feuilles en excellente santé et assurez vous qu’elles ont vraiment bien séché. La première année que je me suis lancée, je n’ai pas bien fait attention et l’imago d’un papillon a fini sa transformation dans ma boîte ! Je vous rassure, le papillon est reparti dans la nature et la tisane était délicieuse ! Son parfum puissant persistera plus d'une année dans votre boîte, mais cette tisane gourmande appréciée de tous ne résistera pas jusque là !!
Autres astuces gourmandes : 
-des feuilles infusées dans le lait  pour les crèmes dessert à la place de la vanille, 
-des feuilles fraîches sur les coupes de glace ou dans les salades composées comme vous mettriez du basilic ou du persil.

La Verveine citronnelle est une plante à parfum, à la fois fraîche, épicée et florale, elle regorge d’huiles essentielles également présentes chez d’autres plantes : citron, bigarade, néroli, lavande, safran, gingembre... ce qui élargit la palette des sensations olfactives. Attention, utilisée en cosmétique, son huile essentielle est photosensibilisante.

Au 17ème siècle elle arrive en Espagne où on l’appelle l’herbe de la princesse en l'honneur de Marie-Louise de Bourbon Parme petite fille de Louis XV et épouse de Charles IV d’Espagne. Notre Verveine part à la conquête de l’Europe, est acclimatée dans les serres anglaises, mais c’est surtout dans les régions méditerranéennes qu’elle se plait le mieux car elle gèle à -5°.
Hors de ces régions, préférez donc une plantation en pot pour la protéger l’hiver.
Enfin dernier atout, comme toute plante odorante, elle éloigne les moustiques !

Vous prendrez bien une petite tisane ? Á votre santé!

Marie-Dominique des Belles du Baou :-)

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>